Blogue

Debout contre la culture de la position assise

Articles - Image d'intro

Par Manraj Sandhu, Kinésiologue

Les périodes assises prolongées sont de plus en plus reconnues comme étant dangereuses pour la santé. Puisque plusieurs emplois impliquent de passer de longues périodes ininterrompues en position assise, comme le travail effectué à un bureau ou en conduisant, il devient de plus en plus important de comprendre l’impact de la position assise et comment nous pouvons limiter ses conséquences. Premièrement,...

A lire

Par Manraj Sandhu, Kinésiologue

Les périodes assises prolongées sont de plus en plus reconnues comme étant dangereuses pour la santé. Puisque plusieurs emplois impliquent de passer de longues périodes ininterrompues en position assise, comme le travail effectué à un bureau ou en conduisant, il devient de plus en plus important de comprendre l’impact de la position assise et comment nous pouvons limiter ses conséquences. Premièrement, nous pourrions commencer par comprendre pourquoi plusieurs emplois, comme le travail de bureau, sont traditionnellement associés à la position assise. Beaucoup de gens s’assoient pendant leur quart de travail parce que c’est moins fatigant (c.-à-d., demande moins d’énergie) que d’être debout. Être assis sollicite moins de muscles que d’être debout, et c'est pourquoi il nous semble plus facile de nous asseoir pendant une certaine période. Les périodes assises prolongées ont plusieurs effets sur le haut et le bas du corps, que nous examinerons en détail ci-dessous.

Périodes assises prolongées :  Effets sur les muscles du haut du corps

Les périodes assises prolongées imposent un stress physique sur le haut du corps qui mène à des épaules arrondies et recroquevillées vers l’avant, à l’inclinement de la tête vers l’avant et à une colonne vertébrale légèrement arrondie (c.-à-d., cage thoracique). Pour des tâches comme l’utilisation d’un clavier ou d’un volant, les muscles de la poitrine sont légèrement contractés, et ils s’adaptent éventuellement en demeurant dans la même position une fois que la tâche est terminée. Cette contraction des muscles de la poitrine entraîne en retour une élongation des groupes musculaires antagonistes situés dans le haut du dos. Ces changements peuvent aussi mener à l'arrondissement du haut du dos, qui ressemble à la posture du bossu. Dans ce cas-ci, la solution est d’étirer les muscles de la poitrine, de renforcer les muscles du haut du dos et de faire des exercices d’extension et de rotation de la partie supérieure du dos.

Périodes assises prolongées : Effets sur le bas du corps et les muscles du tronc

Les muscles situés devant les hanches sont contractés pendant les périodes assises et ils s’adaptent en demeurant dans cette position après la fin de la tâche. La contraction de ces muscles de la hanche crée en retour une élongation des muscles postérieurs de la hanche (c.-à-d. muscles du grand fessier). De plus, le groupe musculaire du tronc postérieur qui longe la colonne vertébrale (c.-à-d., les muscles qui vous permettent de vous tenir droit) devient aussi plus serré, parce qu’ils ont été activés à un degré plus élevé pour compenser la faiblesse du grand fessier. Les muscles situés à l’avant du tronc (c.-à-d., abdominaux) ne sont plus activés, parce que la position assise sollicite moins les muscles abdominaux. Pour remédier à ces petits débalancements, il serait utile d’étirer les muscles du devant de la hanche et ceux du groupe musculaire du tronc postérieur. Finalement, il est recommandé de faire des exercices pour renforcer les muscles fessiers et les abdominaux.

Notre corps est conçu pour bouger régulièrement. Les périodes assises prolongées peuvent réduire la mobilité et faire augmenter le risque de blessure due à une mauvaise posture ou à de faux mouvements. Tenez-vous souvent debout et interrompez les périodes assises prolongées. Trouvez un kinésiologue pour vous aider à identifier des exercices et étirements personnalisés.

 

 

Retour au blogue